Logo EspaceTrain Nouveau forum ferroviaire
Chemin de fer de Dakar au Niger
par Christian DEROSIER
Christian DEROSIER
Présentation

Le Dakar-Bamako (Koulikoro) est un train de légende construit par l'administration coloniale française à la fin du XIX et début XX ième siècle. Le projet de construction fut élaboré par Galiéni, commandant du Soudan français et avait pour but de transporter rapidement des troupes et d'exporter les ressources naturelles du pays vers le port de Dakar.
De plus, le réseau devait servir de point d'arrivée de la liaison transaharienne.

La ligne fut construite à voie métrique en deux tronçons. Elle mesure au total 1287 km dont 641 km s'étendent au Mali. La section malienne entre Kayes et Bamako avec extension sur Koulikoro à l'Est, fut inaugurée le 19 mai 1904. La ligne a donc fêté son
centenaire l'année dernière. La liaison Dakar-Bamako fut inaugurée le 1er janvier 1924.

La contribution présente ne couvre que la portion du Dakar-Bamako située à l'intérieur des limites de la capitale malienne.

Les Compagnies

L'ancien réseau de la Régie des Chemins de fer de l'Afrique de l'Ouest, dont on voit encore des wagons de marchandises,
est scindé en deux parties lors de la séparation du Sénégal et du Mali au début des années 60.
La Régie des Chemin de fer du Mali (RCFM) est mise sur pieds le 29-11-1960. En 1962, les deux États signent un accord d'exploitation en commun du chemin de fer Dakar- Bamako mais les deux Régies demeurent. En dépit des nombreux plans de restructuration mis en œuvre, la mauvaise gestion, le déclin du trafic et les crises économiques entraînent une dégradation des infrastructures et du matériel.

Depuis octobre 2003, les gouvernements du Sénégal et du Mali ont confié la gestion du réseau à un consortium franco-canadien (Canac-Getma) nommé Transrail. Les gouvernements ont imposé le maintien du service voyageurs. Ce dernier, se résume à une liaison Dakar-Bamako aller et retour par semaine. La rame quitte Dakar le samedi vers 13h50 pour arriver à Bamako le lundi soir ou le mardi matin. La vitesse maximum est de 65 km/h. Le train repart vers Dakar le mercredi.

Les infrastructures
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir


La ligne est à voie étroite d'un mètre sur toute sa longueur.

Les traverses sont métalliques reposant sur un ballast fait de roche volcanique concassée.

La plupart du temps, ce ballast ainsi que la voie sont recouverts de latérite rouge et de végétation.

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir


Nous avons eu la surprise de trouver de nombreuses traverses
métalliques sur le marché de Bougouni, à quelques 160 km au Sud de Bamako.

Pour quel usage ? J'en ai acheté quatre pour notre véhicule 4x4 comme plaques de désensablement.

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir


La gare de Bamako est de style grande ville PLM, construite en grès rouge, typique des falaises de plateau surplombant la partie Nord de la Capitale malienne.
Ce grès ressemble beaucoup à celui des Vosges des régions de Guebwiller et de Strasbourg.
L'entretien et la rénovation des bâtiments et des voies sont très limités.

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir


Côté voies, il n'y a qu'un seul quai, en partie couvert, accessible à tous. Quatre voies permettent de garer du matériel voyageur.

La traversée de Bamako se fait au ralenti. La voie suit des artères très achalandées et certains négoces empiètent sur le gabarit. La plupart des passages à niveau sont non-gardés et traversés à grand renfort de trompe.

Le matériel
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir

Chaque Régie possède sa rame voyageurs. La Régie sénégalaise a reçu des voitures DEV inox du Mistral des années 60. Cette rame est stationnée à Thiès au Sénégal en attente de réparation.
La rame malienne est la seule a assurer le service. Cette dernière est composée de voitures DEV (type B10c10myfi-Forestier), B10t Sud-Est Bruhat et USI (B10t) formant une composition hétéroclite.

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir


On retrouve une voiture USI de 1ière classe accrochée à une voiture bar, suivie par une voiture à portière centrale.
Les vitrages sont encrassés et l'intérieur des voitures est dans un état de vétusté très avancé.
Les bourrelets et joints de caoutchouc ne résistent pas à la chaleur et la vieillesse.
La traction est assurée par une ou deux locomotives diesel-électriques de fabrication nord-américaine et datant des années 80.

L'Atelier d'entretien de Bamako (Transrail)
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
L'atelier des CFM
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
CC2283 à 89

L'atelier d'entretien des CFM passé aux mains de Transrail, est situé dans la zone industrielle de Bamako, à l'est de la gare, le long de l'extension vers Koulikoro (terminus sur le Niger).
On y retrouve un parc de locomotives diesel-électriques en cours de réparation et rénovation, des wagons de marchandises ainsi que des voitures voyageurs dont l'une est  entièrement grillagée (est-ce une voiture prison ?). Il y a également du matériel de relèvement (grue, wagons ateliers) et d'entretien des voies.

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
BBB d'Alsthom
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
CC Henschel


L'atelier est très bien équipé en machines-outils et appareils de levage.

Nous y avons vu une bonne panoplie de ce qui a roulé sur le réseau depuis les années 50 comme la BBB d'Alsthom, les Henschel de 1963, les Alsthom de 1984 (BB878 et 879), les américaines (CC 2282) et les canadiennes (CC2283 à 89).

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
BB878 et 879
Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir
CC 2282


La plupart des CC parquées en attente ont leur essieu central retiré.

Je n'ai pu vérifier sur la ligne si ce dernier était présent ou non.

Ce sera l'objet d'une prochaine visite.

Cliquez sur l'imagette pour l'agrandir

Enfin, grosse surprise! une locomotive à vapeur en relativement
bon état, une 030T qui semble être de construction Cail.
Les plaques ont été ôtées car la machine va prochainement passer en peinture et rénovation. La locomotive n'est pas à vendre. Transrail envisage de la placer comme monument à l'entrée des ateliers. Dommage! Elle aurait fait la joie de quelques réseaux
touristiques européens à voie métrique. Si des lecteurs d'EspaceTrain possèdent de l'information technique et des photos sur ce type de locomotive, je suis preneur.

Remerciements

Je tiens à adresser mes sincères remerciements au directeur de l'atelier de Transrail qui m'a permis de visiter les lieux et de prendre des photos.

A propos
Photos & Textes : Christian DEROSIER
Mise en page : Yves DESSE
Publié le 20/05/2005 - Modifié le : 09/05/2006

Réagir à l'article
Sera invisible (indispensable si vous souhaitez une réponse)
27/10/2010 à 11H29 MON GRAND PERE A PARTICIPE ALA CONSTRUCTION DE LA LIGNE DE DAKAR A BAMAKO DIT DAKAR NIGER 1924 A 1949 J AIMERAI VOIR DES PHOTOS DE CETTE BELLE AVENTURE MERCI
04/08/2010 à 16H43 Bonjour,
Cela faiait bien longtemps que je n'étais pas venu, car ce site hélas tombe dans l'oubli. Je tiens cependant à répondre à mogrodange, si un jour il le lit.
J'ai vécu à Thiès de 1949 à 1954 au 56, puis au 80 et au 71 de la cité Ballabey, mais moi j'avais déjà 11 ans quand tu es né, juste à côté de chez moi. Je dois donc obligatoirement te connaitre, car les naissances n'étaient pas nombreuses à Thiès. Mon père Jacques Viviens travaillait au DN comme chaudronnier à la réparation des locomotives. Mais nous avons fait un séjour de 3 ans de 1946 à 49 à Toukoto ex Soudan Français, devenu le Mali.
De 1955 à 57 nous avons fait un séjour dans le petit dépôt de réparation de Guinguinéo au Sénégal, point de jonction de la ligne de 22 kilomètres sur Kaolack, mais je ne pense pas qu'il y avait un dépôt à Tambacounda. Nous avons fait un dernier séjour à Thiès de 1957 à 1960,date où nous sommes rentrés définitivement en France. J'ai évidemment fréquenté l'école de la coté Ballabey avec Mmes Soulac et Coutenceau. j'ai aussi fréquenté le Collège moderne en ville. Je suis également si nostalgique de cette époque que j'y suis retourné en 1985 pour faire des tas de photos. J'ai retrouvé les noms des familles de cheminots de l'époque et j'ai même eu des contacts avec des copains retrouvés. Je te laisse mon mail au cas où: serge.viviens@dbmail.com
A bientôt qui sait
05/04/2010 à 02H50 Je cherche des documents ,photos témoignages concernant mon grand-père Gaston ALEXANDRE chef de district à THIES entre 1920 et 1945 ?
auriez vous quelques pistes ?
Merci d'avance
Cordialement
Michel ALEXANDRE
17/08/2009 à 06H23 Peux t-on quitter du Tchad pour la ville d'Agadez au Niger?
10/05/2009 à 19H45 Bonjour, Je suis né à thiès en 1946, au 94 de la cité Ballabey, mon père a travaillé au DN de 1928 jusqu'en 1958 (Kayes, Toukoto, Tambaconda, et enfin au dépot de Thiès). Avec mes parents, j'ai effectué plusieurs séjours de 2 ans à Thiès, où j'ai également fréquenté l'école communale de la cité, jusqu'en CM2. Avec mes parents j'ai emprunté les lignes de Thiès à Bamako, ainsi que de Dakar à St Louis. Je Garde de merveilleux souvenirs de ma jeunesse passée dans ce pays.
De ce fait, Je serai très heureux de dialoguer avec des anciens de mon époque pour partager mes souvenirs d'enfance de ce merveilleux pays. Merci aux créateurs de ce site qui viennent par celui-ci de me renvoyer avec nostalgie, 50 à 60 ans dans le passé. A bientôt. G.R
01/07/2008 à 11H36 Bonjour, J'anime un site d'iconographie historique consacré à l'Afrique de l'Ouest (Images du passé en Afrique de l'Ouest - idpao.com) et je cherche des données historique sur le chemin de fer guinéen quelques fois appelé CFKN... Merci de votre aide.
Cordialement.
OLB
03/04/2008 à 10H40 Bonjour, faisant mon dossier d'examen sur l'impact de la privatisation du rail au Mali et revenant d'un voyage de 15 jours le long de la ligne et dans les ateliers je peux apporter quelques petites précisions...Le wagon grillagé est le wagon présidentielle. Il est stationné au ACK depuis quelques années déja. De couleur bleu clair avec grillage sur toutes les vitres. J'ai pu faire des photos des ACK et de la ligne, mais je ne sais pas comment les poster sur ce site. Le matériel est aujourd'hui encore en plus mauvais état qu'avant. Les essieu centraux des CC sont présents lors de traction de convois. Aujourd'hui les machines canadiennes sont les seules à effectuer le trafic de ligne. Les machines Alsthom sont pour les manœuvres et les machines Henschel hors d'usage. Une nouvelle rame voyageur + locos construite en Inde est arrivée. Elle doit avoir l'aval du ministère afin de prendre son service.Elle est pour l'instant dans la cour des ACK.

Adrien Métraux
14/02/2008 à 20H26 Bonjour,
je n'ai connu ce chemin de fer que tres récemment. j'ai en effet habité à kayes pendant trois ans et j'ai eu, au moins au début lorsque la desserte voyageur était encore assurée trois fois par semaine, l'habitude de faire mes déplacements sur Bko en train ... que de bons souvenirs.
depuis mon retour en france, je reve de constituer une documentation sur le chantier de cette infrastructure d'exception<; je précise que je suis ing en genie civil.
Pourriez-vous me donner quelques pistes de recherche de documents d'époque sur le chantier (dossier de projet, appel d'offre ?, plans, rapport de chantier, etc.) merci
22/01/2008 à 06H53 La locomitive est bien connue en France. C'est l'ancienne 103 des C.F. du Morbihant construite par Pinhuely à Lyon, et la chaudière par Paponeau à Rive de Gier. Les 101 et 102 ont été achetées par les Forges de Gueugnon puis sauvées par des amateurs. La 103 a été par une entreprise de TP inconnue. Sa mise ne peinture...On en parle depuis au mois 7 ans.

Si quelqu'un a des informations sur les 040 Franco-Belge de 1946 rachetées d'occasion au Dakar Niger, je suis preneur.

Merci
Knysna
16/11/2007 à 12H46 Un merveilleux coin de souvenirs.
Quelle belle initiative de Mr Derosier. Malheureusement ce site est dédié au gigantesque sujet des trains, et la ligne Dakar Bamako traitée ici est inapeçue pour beaucoup.
Si j'en avais le talent, j'ouvrirais un site dédié aux souvenirs de l'époque où nos parents travaillaient là bas, vie magique que chacun rève de vouloir échanger par nostalgie de ce temps merveilleux. Nous étions tous enfants et nos parents des pionniers de l'aventure.
N'y aurait il pas parmi nous un "AS" de l'informatique pour pondre un tel site.